+ 33 (0)6 16 67 58 13
+ 33 (0)4 89 15 68 99
contact@avocat-fiscaliste-mesa.com
+ 33 (0)6 16 67 58 13
+ 33 (0)4 89 15 68 99
contact@avocat-fiscaliste-mesa.com
7 rue Delille, 06000 Nice
7 rue Delille - 06000 Nice
+ 33 (0)6 16 67 58 13
+ 33 (0)4 89 15 68 99
contact@avocat-fiscaliste-mesa.com

Raphaël Mesa
Avocat Fiscaliste au Barreau de Nice

Ancien Inspecteur des Finances Publiques

12 ans d'expérience dans les services du contrôle fiscal à Paris

Formé à l'École Nationale des Impôts

Hidden text

Lorem ipsum dolor sit amet, liber omnium pri at, ex per minimum praesent rationibus, has epicuri singulis ex. Vim in euismod suscipiantur, ad ludus voluptua est. Tritani efficiendi interesset ea his, est augue aperiam at, te suas rebum ius. Sonet appetere sea in, ut saperet platonem per, causae epicuri et est. Nec at scripta veritus appellantur, aliquando sadipscing has ad.

Fiscalité des donations


La pandémie récente soulève la question de la gestion patrimoniale, poussant les gens à organiser la transmission, notamment à travers des donations.

L’article 894 du Code Civil donne la définition de la donation : « l’acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement de la chose donnée en faveur du donataire qui l’accepte ». La donation est donc un acte de transmission du patrimoine, qui donne lieu au paiement de droits de donation. Il s’agit ici d’appréhender le régime fiscal des donations.

I . Conditions d’exigibilité des droits de donation

Pour que les droits de donation soient exigibles, trois conditions sont à réunir :

1- Contrat à titre gratuit

Une donation n’est possible que lorsque l’intention du donateur de consentir une libéralité au donataire ne fait aucun doute.

Des situations particulières peuvent se poser :

  • La donation onéreuse
  • La donation rémunératoire
  • Les obligations naturelles : l’exécution constitue un paiement qui ne donne pas lieu au paiement des droits de donation.

En ce qui concerne la forme de la donation, l’article 931 du Code Civil dispose « Tous actes portant donation entre vifs seront passés devant notaires dans la forme ordinaire des contrats ; et il en restera minute, sous peine de nullité. » L’administration peut parfois passer outre la qualification juridique de la convention qui a été réalisée. Tel est le cas si elle peut prouver la gratuité de l’opération pour :
- Les donations déguisées, présentées sous la forme d’un autre acte ;
- Les donations indirectes.

2 - Dessaisissement du donateur

Par principe, une donation n’est valable que lorsqu’elle entraine le dessaisissement immédiat et irrévocable du donateur. Il peut néanmoins arriver parfois que le dessaisissement n’intervienne qu’à un certain terme ; la donation n’en reste pas moins valable. Tel est le cas lorsque la donation est faite avec réserves.

3 - Acceptation du donataire

Cette acceptation constitue le fait générateur des droits de donation.

II. Règles de territorialité des donations

L’article 750 ter du CGI dispose « Sont soumis aux droits de mutation à titre gratuit :

1° Les biens meubles et immeubles situés en France ou hors de France, lorsque le domicile fiscal du donateur ou défunt est en France au sens de l'article 4 B ;

2° Les biens meubles et immeubles, que ces derniers soient possédés directement ou indirectement, situés en France, lorsque le donateur ou le défunt n'a pas son domicile fiscal en France au sens de l'article précité ».

III. Exonérations de droits de donation

Le régime fiscal des donations est calqué en grande partie sur le régime fiscal des successions. Ainsi, certaines exonérations applicables aux droits de succession le sont aux droits de donation. - Dispositif Dutreil (A. 787 B CGI)
- Exonération pour la transmission d’entreprise individuelle (A. 787 C CGI) )
- Exonération pour la transmission des bois et forêts (A. 793 CGI) )
- Exonération pour la transmission de monuments historiques (A. 795 A CGI) )
- Exonération des dons familiaux en espèces (A. 790 G CGI) )
- Exonération des dons en numéraire aux victimes d’actes de terrorisme (A. 796 bis CGI) et autres exonérations diverses

IV.Détermination de l’assiette des droits de donation

L’assiette taxable des droits de donation est déterminée par l’actif net taxable, c’est-à-dire l’actif auquel est soustrait le passif.

A. Détermination de l’actif

Comme pour les droits de succession, les droits de notation sont calculés selon la déclaration déposée par les redevables.

Attention : certaines règles d’évaluation applicables en matière de droits de succession ne le sont pas pour les droits de donation. Ainsi :
- L’abattement de 20% pour l’évaluation de la résidence principale n’est pas applicable ;
- Le forfait mobilier de 5% pour l’évaluation des meubles meublants n’est pas applicable.

B. Détermination du passif déductible

V. Calcul des droits de donation

Une fois l’assiette taxable déterminée, les droits de donation sont calculés après plusieurs étapes :
- La détermination de la part de chaque donataire avec réintégration des donations antérieures ;
- L’application d’abattements sur l’actif taxable ;
- L’application du tarif progressif ou proportionnel ;
- L’application de réduction le cas échéant.

A. Détermination de la part de chaque donataire

Pour déterminer la part de chaque bénéficiaire, il convient, au préalable, de réintégrer les donations antérieures, consenties depuis moins de 15 ans, entre les mêmes parties.

B. Abattements en matière de donation

Sur le modèle des droits de succession, plusieurs abattements sont applicables : Pour exemples, l’abattement :
- en ligne directe est de 100.000 €
- entre frères et sœurs est de 15.932 €…

C. Taux en matière de donation

A nouveau, les taux de donation sont calqués sur ceux des successions et vont de 5% à 60 %

D. Réductions en matière de donations

Dans le cadre du régime des droits de donation, deux types de réduction sont possibles :

  • Réductions pour les donations aux mutilés de guerre
  • Réductions pour les donations d’entreprise

VI. Taxe de publicité foncière

Les actes de donation portant sur des immeubles ou sur des droits réels immobiliers sont soumis à la taxe de publicité foncière.

VII. Déclarer une donation

Comme pour les successions, il convient de procéder à la déclaration d’une donation. Ces déclarations sont essentielles en ce qu’elles déterminent le fait générateur des droits de donation. Toutes les donations sont soumises à cette obligation de déclaration, y compris si elles sont exonérées de droit de donation. Il n’y a pas de montant seuil pour déclarer la donation. Lorsque la donation est réalisée par acte notarié (obligatoire en matière de donation de biens immobiliers), l’acte vaut déclaration de donation. Dans les autres cas, le donataire ou le donateur doivent déclarer la donation dans un délai d’un mois, via le formulaire n°2735 « Déclaration de don manuel », auprès du Service des Impôts des Entreprises du domicile du donataire.

VIII. Cas particuliers : don manuel et donation partage

A. Dons manuels

Par définition, les dons manuels donnent lieu à la simple remise d’objets mobiliers. Ces dons font l’objet de droits de donation lorsqu’ils sont constatés dans un acte soumis à enregistrement ; font l’objet d’une reconnaissance judiciaire ; ou sont révélés à l’administration fiscale par le donataire.

B. Donation-partage

Par définition, la donation-partage consiste à partager une donation entre plusieurs donataires. Cela peut consister par exemple pour le donateur à conserver l’usufruit d’un bien. Tous les principes exposés précédemment s’appliquent aux donations-partages.

IX. Exemple de calcul des droits de donation

Exemple d’une transmission d’entreprise individuelle à un enfant :

Pour la transmission d’une entreprise individuelle à un enfant, d’une valeur de 500.000€, les droits de donation sont déterminés comme suit :

Valeur de l’entreprise 500.000€
Exonération de 75%1 500.000 x 75% = 375.000€
Assiette taxable 500.000 – 375.000 = 125.000€
Abattement en ligne direct 125.000 - 100.000 = 25.000€
Détermination des droits de donation Jusqu’à 8.072€ : 8.071 x 5% = 403,6€
Entre 8.072 et 12.109 : (12.109 – 8.072) x 10% = 403,7 €
Entre 12.109 et 15.932 : (15.932 – 12.109) x 15% = 573,45 €
Entre 15.932 et 25.000 : (25.000 – 15.932) x 20% = 1.813,6€
Soit des droits de donation de 3.194,35€
Réduction de 50% (si donataire a moins de 70 ans au moment de la donation) 3.194,35 x 50% = 1.597, 18€
Droits de donation dus 1.597,18€

Une question en matière de donations ?

Profitez des services d’un avocat formé à ENI (École Nationale des Impôts) et ayant travaillé pendant 12 ans comme Inspecteur des Finances Publiques à Paris.

X

Prenez un Rendez-vous avec Maître MESA

Formulaire de contact :

Coordonnées :

+ 33 (0)6 16 67 58 13
+ 33 (0)4 89 15 68 99
contact@avocat-fiscaliste-mesa.com
Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notresite et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.
En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site.
J'accepte